• Document: ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES
  • Size: 3.47 MB
  • Uploaded: 2019-07-15 22:05:15
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l’articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE La goutte est la plus classique des arthropathies microcristallines. Caractérisée par des épisodes de fluxion articulaire et par des dépôts d’urate de sodium dans divers tissus. Liée à un excès d’acide urique dans le sang ou hyperuricémie. 3  Maladie de plus en plus fréquente 7% des hommes de plus de 65 ans 3% des femmes de plus de 85 ans 4  Ne pas confondre goutte 1 à 2% de la population générale et hyperuricémie 5 à 20% de la population générale. 5 6 de 7 8 B – Manifestations de la goutte 1 - L’accès aigu de goutte : - parfois précédé de prodrome (irritabilité, picotements, crampes) - fluxion brutale de la métatarso-phalangienne d’un gros orteil - autre articulation : médiotarsienne, cheville, genou - atteintes polyarticulaires possibles - L’accès non traité dure 5 à 10 jours - La douleur est améliorée de manière spectaculaire par la colchicine ou les AINS - Les crises aigues se répétent à un rythme variable. L’accès aigu est souvent favorisé par des facteurs extérieurs (surmenage, fièvre, excès alimentaire) 9 10 2 – les manifestations chroniques de la goutte : surviennent en général 10 à 15 ans après le premier accès aigu. a) Les tophus : Dépôts sous-cutanés d’acide urique (pavillon de l’oreille, coudes, tendon d’Achille). Tuméfaction de consistance ferme. b) Les arthropathies chroniques de la goutte : provoquées par l’infiltration progressive des jointures par l’acide urique. Elles intéressent volontiers le pied, le genou, la main. Elles sont responsables de douleurs mécaniques et de raideurs articulaires. A la radio, on retrouve un pincement articulaire, une ostéophytose marginale, des images géodiques et lacunaires (aspect en hallebarde). 12 13 Tophaceous deposits 14 Tophaceous gout (A) 15 Tophaceous gout (B) 16 17 18 20 c) Les manifestations rénales : - la lithiase s’observe chez 20 % des goutteux. Elle doit être recherchée par l’échographie. Elle est favorisée par l’hyperuricurie et l’acidité urinaire. - une insuffisance rénale discrète ou modérée est parfois observée, surtout dans les gouttes tophacées. Elle peut être provoquée par une néphropathie interstitielle par infiltration uratique. 21 C – Formes cliniques 1- en général, la goutte est primitive liée à une hyperuricémie idiopathique survenant sur un terrain familial. Il existe un rôle favorisant de la suralimentation. 22 2 – les gouttes secondaires sont plus rares : - une hyperuricémie peut s’observer dans certaines affections. Si cette hyperuricémie est élevée et durable, elle favorise la survenue d’une goutte. - les affections le plus souvent responsables sont : l’insuffisance rénale les hémopathies myéloprolifératives. - certains traitements peuvent être en cause : diurétiques +++ antituberculeux (pyrazinamide, éthambutol) 23 D – Le diagnostic de la goutte Il repose sur l’hyperuricémie, les antécédents éventuels d’arthrite, en particulier du gros orteil l’existence de tophus Dans les cas où la ponction articulaire est possible, la mise en évidence de microcristaux d’acide urique Il faut répéter le dosage de l’uricémie 3 semaines après un accés aigu 24 E – Traitement de la goutte 1 – traitement de l’accès aigu : - colchicine (maximum 3 mg/j) ( toxicité accrue en cas d’insuffisance hépatique ou rénale) - immobilisation -glaçage avec protection cutanée (10 à 15 minutes 3 fois par jour) -les AINS d’efficacité comparable à la colchicine doivent être utilisés avec la plus grande prudence chez le sujet âgé - la corticothérapie est interdite dans l’accès aigu de goutte. 25 26 COLCHICINE  Cpé à 1 mg (sécable)  Effets secondaires: diarrhée (signe de surdosage) entraine un

Recently converted files (publicly available):